Risquer d’aimer

Des examens m’ont conduit à passer quelques jours à l’hôpital. Les salles d’attente ne désemplissaient pas.
La mauvaise humeur était palpable, et à la longue le comportement du personnel s’en ressentait. Un jour, après avoir attendu longtemps, un malade des yeux quitta la salle d’examen. Il demanda à une infirmière comment retrouver sa chambre et se vit répondre : « Suivez les marques jaunes qui conduisent à l’ascenseur, puis dirigez-vous vers le second étage ».
Mais ce malade restait dans le couloir, complètement perdu. Or je connaissais le chemin… Mais qui sait quand je pourrais passer si mon tour arrivait maintenant ? Je me secouai pourtant : « Puis-je vous reconduire ? », demandais-je. Le malade était à la fois malheureux et reconnaissant. Et je le conduisis. À voici qu’à mon retour, à peine arrivé à nouveau dans la file d’attente, mon nom fut appelé !
R. P

Paru dans Neue Stadt de juillet-août 2022. Traduit de l’allemand par Jean Maure.

Tiré de la revue Nouvelle Cité septembre octobre 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.