Prier pour les innocents

Le 24 février, lorsque la guerre débuta en Ukraine, une fête de carnaval était prévue dans la maison de retraite dans laquelle je travaille. Mais il était impossible d’y penser. L’ambiance était
tendue et triste. Une résidente pleurait, se rappelant ses propres expériences de guerre. Me sentant incapable d’assurer mon travail d’animation dans ces conditions, je me mis à prier en chemin. Que Dieu vienne m’aider, moi et tous les autres, à pouvoir transmettre de l’espoir à toutes les gens présents ! Je tombai alors sur deux ouvriers qui, les larmes aux yeux, partagèrent leur choc
et leurs craintes. Ils se demandaient et m’interrogeaient tous : « Que pouvons-nous faire ? » Une collègue arriva de Russie, à l’aspect très déprimé. Je ne lui dis rien, tendis les bras vers elle pour une embrassade. Nous avons alors décidé : « Prions pour tous, tant en Ukraine qu’en Russie ». 

A. K.

Paru dans Neue Stadt de juillet-août 2022. Traduit de l’allemand par Jean Maure.

Tiré de la revue Nouvelle Cité septembre octobre 2022

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.