Les coeurs s’ouvrent

Peu après ma prise de fonction à mon nouveau poste de travail,
j’ai remarqué un collègue que les autres rejetaient. Il se voyait souvent attribuer les tâches que les autres n’acceptaient pas.
J’ai reconnu en lui un visage de Jésus souffrant et j’ai voulu lui manifester mon attachement.
De plus en plus souvent, je confiais à ce collègue des travaux impliquant plus de responsabilités. Quelque temps après, quelqu’un vint frapper à la porte de mon
bureau. C’était l’épouse de ce collaborateur. À ma grande surprise, elle voulait connaître le collègue de son mari qui l’avait conduit à parler à nouveau, chez lui, de son travail.

Traduit par Jean Maure de Neue Stadt de 05/02/2022

Tiré de la revue Nouvelle Cité juillet août 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.